Depuis que la technologie fait partie intégrante de notre mode de vie, elle a changé bon nombre de nos habitudes. Elle touche depuis quelques années maintenant l’éducation et devient un véritable outil au service d’un nouveau mode d’apprentissage. Ces nouvelles technologies révolutionnent la pédagogie, l’enseignement et a influencé la création de nouveaux métiers. Alors que certains sont septiques concernant la place de la technologie dans l’apprentissage, d’autres ne jurent que par elle. Faut-il trouver un juste milieu ? La technologie a-t-elle plus d’avantages que d’inconvénients pour l’enseignement ?

La disponibilité des apprenants

Les écoles et classes en lignes sont de plus en plus nombreuses. On peut trouver sur les web des classes nommées MOOC, soit des Massive Open Online Courses qui deviennent très populaires. The Hacking Project n’est pas totalement un MOOC puisqu’il y a un réel accompagnement derrière la formation. Le MOOC met à disposition des cours gratuits et libre d’accès. Ce sont également des cours massifs, le nombre d’inscrits par cours peut varier de quelques milliers à parfois plus de 100 000 participants. Ce n’est qu’une petite proportion la plupart du temps qui est réellement active et qui suit l’enseignement du début jusqu’à la fin. C’est sur ces points que le MOOC diffère du Hacking Project. C’est une école d’apprentissage en communauté, le format MOOC est quant à lui utilisé comme salle de classe. C’est ce qui fait l’atout principal de THP : il y a une communauté, ce qu’on ne retrouve pas dans les MOOC. Cela nous donne la possibilité de rassembler physiquement des élèves par groupe de six à travers toute la France. De même, les corrections vont s’effectuer en communauté, les élèves se mettent en binômes et travaillent toute une journée sur un projet. Par la suite, les élèves se corrigent entre eux. Dans certains MOOC les projets sont rendus corrigés, la différence avec THP c’est qu’ils sont réalisés par deux et la communauté se corrigent ensuite par téléphone.

Pour en revenir à la place de la technologie dans l’apprentissage, le premier avantage est de rendre des programmes complets disponibles sur Internet, ce qui permet à tous les apprenants de se réunir où ils veulent dans le monde entier et à n’importe quel moment tout en ayant un accès facile au contenu depuis chez eux. C’est une première révolution, il ne suffit plus de s’inscrire à des formations et de les suivre physiquement dans un établissement, l’enseignement devient accessible à tous.

Les documents d’apprentissage sont de plus en plus numérisés

Avant même de découvrir les MOOC ou des écoles délivrant des formations sous format numérique, les méthodes traditionnelles d’enseignement commençaient déjà à réduire. Si nous regardons maintenant dans le sac d’un lycéen ou d’un étudiant, nous trouverons des ordinateurs, des tablettes, d’autres formes de périphériques connectés et moins de manuels scolaires physiques.

Grâce au développement rapide des e-book (livre en ligne) des web médias, des programmes d’apprentissage développés sur smartphones, les manuels scolaires se raréfient. Sans compter que les métiers comme les entreprises connaissent une transformation digitale, c’est donc important que dès le lycée ou collège, l’étudiant soit habitué à travailler et à manier des outils digitaux.

Oublions le temps où les sacs à dos étaient très lourds et chargés de livres, aujourd’hui l’apprentissage est en ligne !

Une grande mobilité

Il y a de plus en plus de ressources disponibles sur le web comme des livres, des cours, des exercices et les forums qui constituent une véritable source de savoir et d’aide, notamment pour les développeurs. Il est en fait possible d’étudier depuis son téléphone ! Même les universités et grandes écoles s’y mettent puisque les étudiants peuvent accéder à des cours en e-learning et à des MOOC. C’est très utile pour les révisions de dernières minutes, il vous suffit de mettre vos écouteurs dans le métro ou le bus et d’écouter votre cours avant une interrogation. La technologie procure aux étudiants une réelle facilité d’apprentissage, ses cours sont à portée de main et les méthodes sont pratiques.

L’apprentissage personnalisé

De manière générale la technologie investit de plus en plus les classes et facilite considérablement la vie des professeurs. Les enseignants peuvent personnaliser leurs leçons, les consignes ou les projets en fonction de chaque élève ou étudiant.

L’utilisation de programmes conçus pour distribuer le travail en classe permet aux professeurs de gagner du temps et de personnaliser les leçons en se concentrant sur chaque élève. Avant l’arrivée du net, dans les classes traditionnelles, agir en fonction de chaque élève n’était pas possible. Les outils numériques dans les classes sont un vrai plus autant pour les élèves que pour le corps enseignant.

Les professeurs ont donc la possibilité d’offrir un suivi plus personnalisé à leurs élèves, ce qui leur permet de progresser et surtout d’avancer à leur rythme, ce qui empêche les blocages que peut se créer un élève concernant une matière.

L’enseignant a également la possibilité de transmettre des commentaires ou des notes directement aux élèves ou aux parents pour les plus jeunes via des plateformes en ligne dédiées ou des portails scolaires. Nous n’y pensons pas assez mais l’utilisation fréquente d’outils technologiques évite une consommation trop importante de feuilles, de papiers et de cahiers, ce qui est un point très positif.

Les conseils de plusieurs enseignants

Plus concrètement avec la technologie tout est possible ! Les étudiants peuvent se mettre en relation avec plus experts et enseignants du monde entier. Ils ont la possibilité de participer à des classes multiculturelles avec des enseignants de différentes nationalités de façon simultanée. Ainsi, chaque professeur apporte sa propre perspective, son avis dans l’apprentissage. L’arrivée de la technologie dans l’apprentissage permet finalement l’utilisation de ressources à l’infini et la possibilité d’étudier ce que nous voulons. C’est une belle révolution dans le domaine de l’apprentissage qui était auparavant très fermé, on ne pouvait étudier que les matières de sa formation et une fois en poste on ne savait faire que quelques tâches bien précises.

De nos jours, les étudiants et personnes en reconversion sont préparées à des métiers riches, multitâches nécessitant de nombreuses compétences.

Concernant The Hacking Project, de nombreux liens vers les bonnes ressources sont mis à la disposition des élèves, ce qui évite l’écriture de longs cours. Les élèves sont finalement préparés à chercher les bonnes sources après leur formation.

La technologie favorise la collaboration

Avec le développement des apprentissages en ligne, les opportunités de collaborer entre apprenant se multiplient. La collaboration a toujours apporté de multiples compétences et avis, ce qui permet de mieux comprendre et de travailler sur des projets de façon plus complète. Confronter différents modes de pensée a toujours été utile pour progresser et aller encore plus loin dans un travail.

La technologie a toujours favorisé le travail en équipe, les étudiants peuvent travailler ensemble sur des plateformes ou portails en ligne, ils ont la possibilité de discuter et d’échanger leurs idées. Les réseaux sociaux sont également utiles pour l’échange et l’organisation d’un projet d’étude mais pour un projet professionnel on conseille les plateformes collaboratives. The Hacking Project a une très grande communauté active sur Slack, ce qui permet de créer des groupes de conversations et d’échanger pour demander de l’aide, des conseils, des corrections ou autres. Chose impossible avec les méthodes traditionnelles, cela deviendrait vite une catastrophe si des centaines de personnes se réunissent dans une salle pour échanger.

Même les enseignants encouragent ces démarches, les cours incitent souvent la discussion entre élèves comme les projets en groupe.

THP favorise aussi la collaboration entre ses élèves puisque tous les projets sont réalisés en binôme et les projets finaux par groupe allant jusqu’à six personnes. Ils corrigent également les projets des autres élèves, il y a une vraie communauté autour de la formation.

Le pilotage des données

Pour vous expliquer, le pilotage des données correspond au fait de combiner, comparer ou analyser une quantité de données assez importante via des outils numériques. C’est ainsi l’arrivée d’un autre changement causé par la technologie : l’enseignant peut utiliser des dispositifs de notation en ligne avec des outils d’analyse de plus en plus précis. Ces outils pouvant créer des classements et fournir des résultats précis concernant la performance des élèves.

Les avantages de la technologie au service de l’apprentissage

Tout le monde se doit de connaître le mode de fonctionnement des technologies, même les enseignants modifient leur apprentissage par rapport aux nouvelles technologies de l’éducation. Il faudrait évoluer le plus rapidement possible pour faire face à cette réalité mais ne surtout pas se dire que c’est pour un mal, au contraire la technologie mis au service de l’apprentissage est pleine d’avantages.

Encore beaucoup de personnes n’intègrent pratiquement pas les outils numériques dans leur enseignement ou apprentissage car le plus souvent ils n’en voient pas l’utilité. C’est pourquoi la société se doit de préparer et d’informer sur l’impact de la technologie et sa présence.

  • Le premier avantage : l’ordinateur et le web permettent aux apprenants d’avoir accès à des sources d’informations très complètes. En faisant ce travail de veille, ils vont surtout acquérir des compétences liées à la recherche documentaire. C’est d’ailleurs ce que The Hacking Project enseigne à ses étudiants : le codeur trouve des solutions à ses problèmes grâce aux moteurs de recherche, ils n’apprennent pas par cœur, le théorique n’a pas sa place dans la programmation. La technologie permet donc de rechercher efficacement et assez rapidement. En comparaison, dans une classe la seule source d’information est l’enseignant et le manuel scolaire. Les élèves de manière générale sont davantage socialisés par rapport à l’utilisation du web grâce à l’utilisation du numérique dans l’apprentissage.
  • Les technologies permettent d’exploiter des sites internet accessibles à tous. N’importe quel élève aime apprendre ce qui l’intéresse, c’est pourquoi ils seront plus à même de comprendre ce qui est expliqué par l’enseignant. L’accès au web ou à différents outils, donc à une forte source d’information aide l’apprenant à améliorer sa capacité d’apprentissage et son potentiel de création. Ceci est un autre des avantages de l’intégration de la technologie dans l’apprentissage.
  • L’arrivée du numérique dans l’apprentissage favorise un meilleur rendement chez les élèves puisque ces outils leur permettent d’avancer à leur rythme et à leurs besoins.

Apprendre ce qu’on veut

Notre époque est marquée par des changement rapides à tous les niveaux, le domaine de l’enseignement à été un des plus touché.

Étudier en ligne c’est se donner la possibilité d’apprendre ce qu’on veut, où on veut et quand on veut. Avec les méthodes traditionnelles, nous sommes restreints aux matières du cursus que nous avons choisi. Par exemple, si quelqu’un a une passion pour la programmation mais suit une formation en comptabilité, les chances sont quasi nulles pour que cette personne puisse apprendre à programmer via sa formation. La technologie détruit toutes ces barrières frustrantes, les élèves choisissent The Hacking Project pour apprendre à coder pour le divertissement, pour le travail ou encore pour avoir une aide supplémentaire dans une formation.

Nous pouvons ici parler de réelle révolution, il n’y a plus de limite ! N’importe qui avec une connexion peut débuter l’apprentissage de ce qu’il veut, de l’endroit où il veut et à n’importe quel moment. The Hacking Project va encore plus loin en développant avec ses élèves des méthodologies et habitudes à appliquer lorsqu’on code et qu’on est face à un problème à résoudre.

Apprend-on mieux sur support papier ou sur format numérique ?

Nous arrivons donc à cette question : quel est le format idéal pour l’apprentissage ? Sur internet, dans les journaux, nous pouvons lire tout et son contraire. De nombreux enseignants estiment que le manuel numérique permet de mobiliser l’attention de toute une classe. Finalement, les élèves habitués à l’usage du numérique en classe (si on prend l’exemple d’une classe scolaire), réussissent un meilleur apprentissage à long terme, ils vont comprendre plus vite et mieux ce qu’ils lisent. L’usage du numérique participe en grande partie à une amélioration des résultats scolaires.

Nous baignons depuis un long moment maintenant dans les technologies et le web. Les nouveaux étudiants ou élèves, développent des attitudes bien plus positives par rapport à leur travail quand il est géré sur un outil numérique. Ils vont naturellement apprendre davantage en utilisant un ordinateur, une tablette et exécutent les tâches plus rapidement puisqu’ils sont concentrés sur leur écran.

Le format papier reste un excellent moyen pour apprendre puisque les anciennes générations ne faisaient qu’avec cet outil-là. Pourquoi ne pas profiter de l’évolution ? Des avancées techniques ? Le papier n’est pas pratique, il pollue, on l’oublie, on le perd, on met bien plus de temps à écrire à la main : le papier a de nombreuses limites. Un ordinateur, une tablette, un smartphone c’est le billet d’entrée pour toutes les ressources et infos du monde, c’est aussi le format le plus pratique, rapide, efficace et flexible.

En général, le numérique sera plus intéressant en termes d’apprentissage pour des élèves.

Les principales forces de l’apprentissage numérique

Si on devait rappeler les forces majeures de l’apprentissage par les technologies en comparaison avec les supports classiques, ce seraient :

  • L’accès illimité à toutes les sources d’informations.
  • La numérisation qui évite le vieillissement des documents précieux et qui facilite le transfert d’un support à un autre.
  • L’interactivité qui permet aux utilisateurs de classer l’information, de la confronter à d’autres informations et avis et d’être guidé dans leur recherche.
  • Un apport évident pour des élèves en difficultés.
  • Une personnalisation de l’apprentissage pour l’élève.

S’adapter aux nouveaux métiers

Avec la domination du numérique, de nouveaux métiers en lien avec le web et les nouvelles technologies émergent. L’apprentissage via le numérique permet aux apprenants de se préparer aux nouveaux postes.

Nous avons aujourd’hui besoin de profils hybrides pour les métiers du web. The Hacking Project prépare justement ses élèves à être autonomes et multi-compétences en leur apprenant à faire de la veille efficace.

Au début de l’ère digitale, chacun avait un rôle bien cantonné. Aujourd’hui les métiers sont décloisonnés avec des compétences transversales et la possibilité de passer d’un poste à un autre. Ces nouveaux profils sont polyvalents, les recruteurs recherchent maintenant des personnes capables de gérer différentes missions.

Ces nouveaux professionnels travaillent dans la communication, le commerce, le marketing, l’informatique. Ces métiers du digital requiert des compétences techniques, Hacking Project peut se révéler utile même pour ces métiers-là, vous n’êtes pas obligés d’être dans le domaine de la programmation.

La technologie pour un accompagnement au rythme de l’apprenant

Les étudiants n’ont pas tous le même rythme pour apprendre et comprendre une notion. Pendant un cours traditionnel, certains étudiants ne participent pas par exemple. Avec une plateforme en ligne ou un apprentissage comme celui de The Hacking Project, les élèves sont amenés à poser des questions sans être gênés et donc à participer aux discussions.

La technologie aide considérablement à gérer les progrès des étudiants, il peut lui-même suivre sont évolution et se rendre compte de ses améliorations et lacunes.

L’apprentissage pour tous

Un point qu’on pourrait facilement oublier et pourtant c’est une force majeure des nouvelles technologies : elles permettent aux étudiants en situation de handicap, victime de phobie scolaire ou autres, de pouvoir étudier normalement sans rencontrer de problème dus à leur situation.

Il n’y a plus aucune barrière avec le numérique et les élèves ne se sentent pas discriminés également. L’école traditionnelle est un frein pour beaucoup de ces personnes, avec le web un élève malvoyant par exemple peut accéder à des sites fait pour lui.

La technologie donne accès aux formations pour tous.

Encouragement à la collaboration

La technologie facilite autant l’apprentissage individuel que la collaboration avec d’autres élèves et étudiants. Les activités peuvent être créées pour répondre aux besoins uniques de chaque apprenant.

L’élève peut aussi se connecter avec des salles de classes à travers le monde ou d’autres personnes qui apprennent également. Il y a de nombreuses plateformes d’apprentissage en lignes et outils numériques, il y a aussi plusieurs plateformes de discussion mis à la disposition de tous.

Les technologies aident les formateurs ou enseignants à atteindre les élèves, ils peuvent planifier des activités, des exercices en fournissant des médias technologiques à utiliser.

Internet, la première ressource

Internet est la première source d’information pour apprendre à programmer, c’est en faisant une veille efficace que les programmeurs résolvent des problèmes.

Ils ont à leur disposition des tutoriels, des sites pour apprendre le code, des forums, ils sont finalement en totale autonomie mais accompagnés par les formateurs.

The Hacking Project vous apprend à réaliser efficacement vos recherches. Internet réunit de multiples sources d’informations, il y en a tellement qu’on ne sait que choisir et parfois ces informations sont erronées. Vous apprendrez à bien chercher sur le net pour trouver des solutions aux problèmes que vous rencontrez.

La formation numérique est rentable

Elle l’est dans les cas de formation entreprise, sa rentabilité est assez impressionnante. Plus besoin de déplacements, le contenu est en ligne et réutilisable. Si l’entreprise dispose d’un budget de formation en ligne, l’apprentissage sur Hacking Project peut être la meilleure option.

Qu’en est-il de l’apprentissage de demain ?

Que pensez de toutes ces nouveautés ? Est-ce que les MOOC et « écoles virtuelles » remplaceront les cours et formations traditionnelles ?

L’utilisation des nouvelles technologies s’est déjà bien implantée dans nos méthodes d’apprentissage et cela n’a pas été un changement brutal. Elles ont fait l’arrivée en fonction de nos besoins. De nos jours, de nombreuses écoles et formations se sont créées pour préparer les nouvelles générations aux métiers de demain, à savoir : les postes dans le web et l’informatique.

La communication, le marketing, tous les services d’une entreprise ont changé et n’imposent plus les méthodologies d’antan. Quasi toutes les sociétés connaissent et vivent une transformation digitale.

La digitalisation des services est devenue un enjeu majeur pour atteindre efficacement ses cibles et perpétuer à long terme.

L’utilisation des technologies devient alors une évidence dans nos modes d’apprentissages. Il faut vivre avec son temps, avec l’évolution et s’adapter pour se préparer à notre avenir.

L’utilisation du numérique ne signifie pas qu’il faut supprimer les cours traditionnels, les classes physiques et les enseignants. Il a toujours été important d’avoir des formateurs et d’autres élèves autour de soi pour étudier. Il suffit juste de le faire sous différentes méthodes, la technologie permet de collaborer avec encore plus de monde, de se former à ce que l’on veut. Elle est pratique et accessible à tous.

Changer l’enseignement classique n’est finalement pas un enjeu mais le moderniser, utiliser à bon escient et au mieux les nouveaux outils que nous disposons actuellement fait parti des objectifs.

Brisez les barrières qui vous empêchent d’avancer et formez-vous sur ce que vous souhaitez. Si la programmation informatique a toujours été une passion ou si elle vous intrigue, lancez-vous avec The Hacking Project. Que ce soit pour votre divertissement ou en aide pour un travail, vous avez la possibilité d’étudier ce qui vous intéresse et sans difficulté.