The Hacking Project, notre expérience !

Cet article est un article invité dont on peut trouver l’original ici.

 

The Hacking Project est un nouveau type de formation qui propose en l’espace de 2 mois et demi de faire connaissance avec le code orienté web et le formidable framework qu’est ruby on Rails, pour pouvoir bâtir des applications Web.

Les deux dernières semaines de cette formation sont consacrées à un projet final réalisé librement en équipe, le but étant de créer une application Web. Pour le reste, nous sommes libre.

Notre projet était de faire une carte interactive où les utilisateurs peuvent renseigner des boutiques de mode indépendantes, afin qu’une carte communautaire de ce type de lieu existe et soit digne de confiance pour tout utilisateur. Il y a plein de type d’interaction à ajouter et imaginer et tout l’enjeu va être de les choisir pour rendre un projet qui a du sens.

Première semaine.

Tout commence enfin, ça fait 3 semaines qu’on en parle, parfois j’en ai même rêvé.

J’ai tout fait pour que les autres ne se rendent compte de rien. Ils comptent tous un peu sur moi pour la partie technique. La vérité c’est que leur map interactive où chaque utilisateur peut ajouter des marqueurs… Je n’ai absolument aucune putain d’idée de comment faire ça.

J’ai donc décidé de commencer un peu en avance grâce à un genre de truc qu’on appellera ici “temps libre” qui est en fait composé de petits bouts de temps grappillés à droite, à gauche pendant la semaine précédant le projet final.

Mon objectif ; savoir afficher des marqueurs présents dans ma database sur une carte et faire cela pour que ce ne soit pas trop demandant en termes de ressources afin que Monsieur Wiko, AKA le Nokia 3310 du smartphone, ne rame pas trop sur notre carte.

J’ai bien passé 3 jours à chercher dans tous les sens.

Bonne nouvelle, j’ai appris plein de choses.

Mauvaise nouvelle, ce ne sera jamais utile pour le projet final.

Toujours au point de départ, mes nuits se font plus courtes, je me pose les mêmes questions en boucle pendant de longs moments.

C’est juste avant le début des deux semaines que je trouve le GRAAL.
Le call ajax en JS !

4 petits mots qui ne représentent rien pour vous, mais qui pour moi représentent une victoire sur 4 jours de défaite à tenter des trucs dans le vent. Il me faut encore une après-midi pour apprivoiser la bête AJAX. Elle est robuste et ne se laisse pas faire. C’est surtout très éloigné de ce qu’on a fait pendant The Hacking Project. Un nouveau monde de bug s’ouvre à moi. Le monde de Javascript en est rempli. De Nombreuses légendes circulent sur ce langage pour faire peur aux jeunes développeurs. SPOILER, j’en ai rencontré beaucoup pendant les deux semaines.

Une fois la bête à peu près apprivoisée, je peux arriver victorieux devant mon équipe et prononcer :

“Ok y’a moyen qu’on rende quelque chose en fait”

Discours inspirant d’un chef de guerre qui a vaincu et qui restera longtemps dans leur mémoire.

Je me présente ; Baptiste Grand mentor de la team Back-end.

Mon rôle est multiple. Je dois communiquer avec l’ennemi, la team front. Les deux teams doivent avancer ensemble et se coordonner pour que le projet n’explose pas en plein vol. Il faut aussi évaluer et répartir le travail de façon à ce que chacun puisse faire les tâches au programme.

De l’arrière plan au premier: Jordane, Paul (qui hait les t-shirts), Pacôme, Baptiste (qui débug les autres, encore et toujours) & Selma

La team back est composée de Pacôme et moi ainsi que partiellement Selma qui va réaliser des tâches annexes. Par exemple, faire du scrapping et faire un seed afin de pouvoir travailler avec autre chose qu’une boutique qui s’appelle “coucou”, crée par l’utilisateur administrateur prénommé “coucou”, d’une latitude et longitude constante.

La team Front composé de Paul, Jordane et aussi Selma, a fait office de client pour la team Back, pas contents des features proposées et étaient parfois une force de proposition difficile à contenir.

Team Back

La première semaine peut se diviser en deux parties:
La première, se compose d’une avalanche de nouvelles fonctionnalités à rajouter, de database(DB) à créer.

La seconde partie de la semaine, à refaire les fonctionnalités pour des détails et réparer l’avalanche de bug qui nous tombe dessus. Une partie du travail consiste aussi à aller voir des membres de la team front pour leur expliquer comment fonctionne la DB : qui est connecté à quoi et comment.

Pour l’organisation, on fait les choses bien, on trouve un tableau noir dans une poubelle pas loin et on achète plein de post-it pour décorer la maison et annoter les murs de la maison.

Le tableau trouvé à la poubelle

Les informations cruciales qui recouvrent les murs sont du type “OU EST LE GIN?” ou encore “IL EST OU LE TIRAMISU”, ou encore parfois sont notées les tâches à effectuer

La journée typique ressemble à ça :

Le matin, le tableau est rempli par Paul, mentor de la team front et UX, designer du projet final, des taches à effectuer dans la journée, puis il se coordonne avec moi.

Le vendredi de cette première semaine a été très fatigant, Felix (CEO de The Hacking Project) ayant demandé d’avoir une version shippable le vendredi de la première semaine, et notre groupe voyant l’échéance arriver, la communication passe très mal, tout le monde se concentre un peu égoïstement sur sa tâche. Si jusqu’ici, tout s’était bien passé, ce jour-là c’était la fête à la saucisse.
Je n’ai pas compté les migrations réalisées sur la database qui n’étaient pas nécessaires. Les git merges retords, les retours en arrière, les push sur master bourrés de bugs et les coéquipiers qui travaillaient directement sur la branche master.

Attention, âmes sensibles s’abstenir.

Les abysses de Github et ses méandres

A ce stade de la semaine, nos manœuvres sur github ressemblaient à ça.

Comme nous vivons tous dans un appart’ pendant 2 semaines, il y a d’autres aspects de la vie à prendre en compte. Il y a les courses, les douches, les cafés, les petits dej, la cuisine et le ménage. Pour la boisson c’est simple.
C’est majoritairement de la bière dont il est question.

Pour la cuisine, il y a encore une fois 2 teams qui se divisent de la même façon que pour le code. La team front est surnommée la team innovation. Et la team back correspond à la team grand classique qui fait le taff. Vous allez mieux comprendre de quoi je parle bientôt.

La première semaine c’est majoritairement la team back qui s’est occupée du manger, il y a eu une salade de riz, un taboulé, des pizzas maisons et d’autres plats plutôt classiques mais efficaces.

Baptiste VS pâte à pizza

De l’autre côté, la team innovation a pu commencer son œuvre juste après les pizzas maison. Le lendemain, j’ai eu la surprise de gouter à mes premières pâtes sauce “reste de pizza mixée accompagnée de crème fraîche”. Nous avons pu aussi tester la fameuse ratatouille moutarde sauce teriyaki/harissa et plein d’autres découvertes culinaire comme les smacks trésor au lait mixé avec du beurre de cacahuète..
Je dois avouer que je n’ai pas toujours été un cobaye très docile.

Coucou c’est Selma et je reprends la plume, bisous Bapt !

Alors oui, Baptiste n’a pas été docile, il faut savoir qu’il y a eu des bagarres (no fake, j’ai un bleu) sur des sujets très sérieux tels que, à partir de quand peut-on estimer qu’une patate est pourrie, et par conséquent la jeter à la poubelle ? Peut-on mettre de l’eau froide sur le riz (pour une salade de riz) sans que ça altère sa saveur ? Les œufs brouillés avec du fromage ne sont-ils pas des omelettes ? Quelle différence entre l’emmental et le gruyère tant que c’est dans mon assiette de pâte ?!

Bien sûr comme nous sommes des gens “organisés”, il y avait un trello pour les tâches quotidiennes, mais aussi un trello pour la bouffe. Très important.

Après une semaine passée ensemble, on se connaît mieux, on est familier aux habitudes de chacun :

Paul avec ses breaks Ukulélé et ses siestes de l’après-midi,

Jordane avec ses disparitions dans sa chambre pour travailler dans le calme et mener sa bataille contre OmniAuth,

Pacôme qui rage (mdr) parce qu’on supprime ses fonctionnalités super cools,

Baptiste qui refuse de faire des pauses, mais fait parfois de la corde à sauter

tout seul

dehors

la nuit …

Moi et mes vocalises (que je trouve très cools personnellement) mais qui, je pense, devenaient insupportables pour ma team hihi.

Inutile de vous dire que plus le temps passait, moins l’on se respectait, mais toujours avec amour, oui, toujours !

Voici un petit aperçu de ce que donne Front VS Back

On sait prendre du bon temps chez les front, pendant que les backs font de la DB !

ça bosse dur !

🔎 On zoom sur l’arnaque.

Le meilleur repas, évidemment préparé par les backs

Lasagne + Tiramisu

Baptiste le debugger de la team, aussi appelé Jesus our saviour.

Quand les backs s’emportent un petit peu trop sur le front ..

Les photos d’activités de renforcement d’équipe

team building sans budget (aprèm freezbee)
El famoso gin porté disparu (c’est de l’eau)
Ils ont l’air beaucoup trop heureux, ce n’est sûrement pas de la DB qu’ils font.
Coucou!
Quand tu ne sais pas faire la roue mais que t’es créative.

Je vous jure qu’on bossait des fois

Coucou les touristes

Voilà, c’était un petit résumé de notre super expérience en colloc’.

Est-ce que l’on est plus productif en vivant ensemble?
OUI.
Est-ce qu’on l’on est toujours aussi productif en faisant autant de pauses ?
OUI.
Est-ce qu’on était sérieux parfois quand même ?
Absolument.
Est-ce qu’il y a eu des embrouilles ?
PLEIN. Mais que des embrouilles sympathiques hihi.

Des bisous et du love ❤

Baptiste & Selma

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s